À quoi sert le flux de trésorerie disponible (ou free cash flow) ?

Les activités de mon entreprise est-elle rentable ? Quelles sont les signes qui prévoient que l’on doit réguler les charges et les produits ? Ce sont des questions que les gestionnaires d’entreprise doivent fréquemment se poser. Elles font un appel à des études comme une analyse financière de l’entreprise par le free cash flow ou le flux de trésorerie disponible.

Quelles sont les principes à retenir sur le free cash flow ?

Par définition, le free cash flow est un indicateur financier indiquant les mouvements des comptes de l’entreprise. Plusieurs éléments facilitent l’observation de l’avancement des pour savoir si elles tendent vers un déficit ou un bénéfice. À priori, le cash flow aide les dirigeants d’entreprise à prévoir si l’entreprise peut assurer son autofinancement ou non. En terminologie, on dit que le cash flow est positif si l’entreprise a gagné la valeur. La consultation des bilans et des comptes de résultat de l’entreprise est le moyen le plus fiable pour confirmer son résultat financier.

En quoi le free cash flow est cruciale dans la gestion de l’entreprise ?

Pour les managers, ou analystes financiers d’une entreprise, leur ambition se fixe sur sa capacité de s’autofinancer dans les années à venir. Moyennant de la maîtrise du flux de trésorerie disponible, ils peuvent avoir une vision à court, moyen et à long-terme sur l’avenir de l’entreprise. En plus de cela, il est capital de savoir que le flux de trésorerie disponible donne des informations sur la situation des produits et charges de l’entreprise. À partir de cela, les acteurs de l’entreprise peuvent anticiper les stratégies à mettre en place pour garantir le développement de la société et optimiser son profit.

Quelles sont les types de cash flow et comment les calculer ?

En analyse financière, il existe plusieurs catégories de flux de trésorerie. Chacune d’entres elles a son mode d’évaluation, d’autant plus que les résultats attendus pour chaque type sont très différents. En fonction de chaque contexte, il convient de choisir la méthode la plus adaptée à la situation de l’entreprise. Voici leur liste :

– Le flux de trésorerie d’exploitation (Cash Flow From Operation) : le calcul est basé sur le résultat net de l’exercice. C’est un résultat nécessaire lorsque le gestionnaire veut mesurer la performance de l’exploitation de l’entreprise ;

– Le flux de trésorerie disponible (Free Cash Flow), précédemment on a vu qu’elle met en exergue les flux monétaires à l’issus des activités d’investissements de l’entreprise.